Pêche durable

Les enjeux de la pêche durable

Qu'est-ce que la pêche durable?

La pêche « durable », c'est une pêche qui répond à nos besoins sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. C'est une pêche qui peut être poursuivie indéfiniment dans le temps, qui ne réduit pas la capacité de l'espèce pêchée à maintenir sa population à un niveau correct et qui n'a pas d'effets négatifs sur les autres espèces animales et végétales (y compris l'homme).

Une politique de pêche durable permet de veiller à la pérennité des produits de la mer, tout en appuyant la prospérité économique. Cela signifie le maintien d'un équilibre entre des stocks de poisson et des milieux marins en bonne santé, tout en favorisant des pêches prospères.

Quels sont les principaux enjeux environnementaux lié à la pêche et y a-t-il des solutions
possibles ?

Les principaux enjeux environnementaux sont la surpêche et les impacts écologiques liés aux techniques de pêche utilisées. Pour chacun de ces enjeux, des solutions peuvent être mises en place et l'objectif de la politique de Metro est de promouvoir ces solutions.

 

La politique de Metro

Pourquoi n'avez-vous pas opté pour une politique basée essentiellement sur la certification
MSC des pêcheries ?

La politique de Metro a été développée sur la base d'expertises scientifiques variées et complémentaires afin de baser les décisions sur un diagnostic objectif. Nous croyons que les certifications de type MSC ou BAP doivent être encouragées en tant que bonnes pratiques. Cependant, ces normes sont encore loin de couvrir toutes les pêcheries et espèces. D'où l'avantage de compléter notre diagnostic avec les avis d'experts scientifiques (ex. : Pêches et Océans Canada).

Pourquoi Metro a-t-elle décidé d'adopter une politique de pêche durable ?

Parce que nous y croyons ! Metro reconnaît que la pêche durable et la préservation des ressources naturelles est un enjeu majeur pour les générations futures. Si nous avons adopté une telle politique, c'est pour offrir à tous nos clients des produits de la mer sauvages et d'élevage issus de la pêche durable.

Quels organismes avez-vous consultés pour développer votre politique ?

Notre politique et notre processus de décisions reposent sur quatre piliers. Les études scientifiques, les experts, le ministère des Pêches et Océans et les fournisseurs. Nous avons notamment travaillé en collaboration avec l'organisme Greenpeace de même qu'avec des scientifiques indépendants comme M. Jean-Claude Brêthes, professeur à l'Institut des sciences de la mer de l'Université du Québec à Rimouski, ainsi que des experts de la Dalhousie University à Halifax.

Est-ce que les marchands Metro auront le choix d'appliquer ou non la politique ?

La politique s'applique à l'ensemble des marchands, de toutes les bannières, sans exception.

Est-ce que vous croyez que certains fournisseurs ne pourront se conformer au Code de conduite et seront retirés des listes de fournisseurs ?

Afin d'assurer le respect de cette démarche, tous les fournisseurs de Metro sans exception devront signer un Code de conduite par lequel ils s'engagent à gérer leurs activités selon les critères de ce Code. Nous travaillerons en étroite collaboration avec nos fournisseurs pour s'assurer qu'ils s'y conforment et qu'ils adoptent des pratiques de gestion durables dans leurs opérations.

Que voulez-vous dire lorsque vous mentionnez que Metro tiendra compte des enjeux économiques locaux comme critère dans son processus de décision ?

Le soutien de l'économie régionale est l'un des critères pris en compte avec les rapports scientifiques sur l'état des stocks dans nos processus de décision concernant le maintien ou le retrait temporaire d'une espèce de poisson.

Par exemple, le flétan de l'Atlantique venant du Golfe du Saint-Laurent, du plateau néo-écossais ou de la Baie de Fundy : certains organismes nous conseillent de retirer temporairement cette espèce en expliquant que les stocks actuels sont dans un état fragile. Or, d'après les derniers avis scientifiques publiés par le MPO (ministère des Pêches et Océans, Department of Fisheries and Oceans, DFO en anglais) les stocks de flétan de l'Atlantique sont actuellement stables dans ces zones. Si on prend également en considération que les pêcheries sont souvent locales et artisanales, cela nous conduit, selon notre approche équilibrée, à une décision de maintien de la vente de cette espèce dans nos magasins, tout en demeurant vigilants sur l'état des stocks, et en cherchant à promouvoir de bonnes techniques de pêche auprès de nos fournisseurs.

Est-ce que les poissons d'élevage peuvent aussi être momentanément retirés ?

Oui c'est possible. Mais notre diagnostic de cette année nous a conduits à classer ces poissons en « amélioration
continue » pour rechercher avec les fournisseurs les meilleures pratiques possibles. L'élevage sera en effet une source d'approvisionnement importante dans le futur et notre responsabilité est aussi de stimuler des innovations durables dans ce secteur.

Est-ce que le poisson à sushi est durable ?

La dimension « durable » n'est pas liée ici à une recette particulière (ex. le sushi, le BBQ ou le four, même si le BBQ et le four nécessitent plus d'énergie que le sushi), mais aux ingrédients choisis pour cette recette : l'espèce de poisson utilisée qui peut être plus ou moins durable selon l'état des stocks et les techniques de pêche utilisées. Par exemple, le thon rouge est peu durable actuellement, mais il peut être remplacé par du thon germon pour les sushi. On peut donc très bien faire des sushis durables. Plusieurs sites internet proposent des idées 'espèces de poissons durables pour les sushis (Monterey Bay Institute, ou Ocean Wise).