Passer directement au contenu

Attention!

Pour une expérience optimale, veuillez utiliser le navigateur Chrome de votre appareil.

Ok
Commande rapide

Cette adresse de livraison a été sauvegardée.

Elle sera utilisée pour accélérer vos prochaines commandes! Vous pouvez la modifier en tout temps.

La commande rapide est activée!

Vos préférences d’achats ont été sauvegardées! Elles seront utilisées pour accélérer vos prochaines commandes! Vous pouvez les modifier en tout temps.

Marché bio & bien-être

Adresse de livraison :
Paiement :

Épicerie en ligne

Adresse de livraison :
Plage horaire :
Plage horaire :
Non sélectionnée
Paiement :

Vous pouvez modifier ces options en tout temps dans la section « Commande rapide » de votre compte.

Vous pouvez modifier ces options en tout temps dans la section « Commande rapide » de votre compte.

L'histoire du thé et ses coutumes

L'histoire du thé et ses coutumes

Le thé, ce n’est pas seulement de l’eau chaude et quelques feuilles ou un sachet. C'est aussi une forme d’art, un mode de vie et une véritable légende. À preuve, on en consomme plus de 700 milliards de tasses par an dans le monde.


L’inventeur du thé...

L’histoire commence en Asie, en 2737 avant Jésus-Christ. L'inventeur du thé serait un empereur chinois qui ne buvait que de l’eau bouillie. Un jour, Chen Nung s’assoupit à l’ombre d'un théier sauvage, et la brise souffla quelques feuilles dans sa tasse. Au réveil, il en but le contenu et en fut tout ragaillardi. Sacré « boisson royale », le thé « miracle » fut considéré comme une potion qui fournissait l’énergie nécessaire à la méditation, amorçant ainsi sa conquête du monde.

Un thé qui voyage...

Parti d’Asie et suivant la route des caravanes, le thé gagne ensuite la Perse en empruntant la route des Indes. Conditionné sous forme de briques pour un transport plus aisé, il parcourt la Mongolie, entre au Tibet, séduit le Moyen-Orient. La Russie en fait – avec la vodka – sa boisson préférée. Le thé s'arrête dans les salons dorés de Louis XIV où, rapporte la marquise de Sévigné dans ses lettres, on lui ajoute « un nuage de lait ». Entraînés par la reine Victoria qui l’adorait, les Anglais en font leur boisson nationale. Aujourd’hui encore, tout est prétexte à boire une tasse de thé.


Les plaisirs du thé

Les plaisirs du thé

Le saviez-vous?

Il existe plus de 500 variétés de thé produites dans le monde entier : thés verts, blancs, semi-fermentés, noirs ou parfumés. Les trois grands producteurs de thé sont la Chine, l’Inde et le Sri Lanka. Mais on compte aussi Taïwan, l’Indonésie et le Japon, où un moine bouddhiste prépara du thé pour la première fois au 9e siècle. Il avait rapporté des plants d’un voyage en Chine et les cultiva au pied de la montagne sacrée d’Hirizan.

La philosophie japonaise

C’est au Japon qu’a été inventée la cérémonie du thé. Pour les Japonais, le thé est bien plus qu’une boisson, c’est une philosophie qui a des règles très précises, transmises de génération en génération. Le cha-no-yu constitue un véritable art de recevoir. Gestes mesurés, saluts mutuels, déplacements à genoux, la cérémonie du thé peut durer jusqu’à quatre heures.


Comment et quand le boire ?

Du petit déjeuner jusqu’au soir, en passant par le repas du midi, chaque pays a sa façon de le déguster. En voici quelques exemples.

À l’anglaise

Le thé se boit nature dès le réveil, souvent au lit pour commencer la journée. Au déjeuner, pour accompagner le gruau, les œufs brouillés et même le poisson, on en prend encore, chaud et fort, avec un peu de lait et de sucre pour atténuer l’astringence des tannins. Le matin, on privilégie l’Assam pur, de Thaïlande ou de Ceylan, ou le Darjeeling, mais on change de variété selon l’heure du jour. À midi et dans l’après-midi, on opte pour le Earl Grey ou le Lapsang. En soirée, on sert le thé dans une théière en argent et on le savoure dans une tasse en porcelaine, avec de petits sandwichs au concombre, aux tomates, au fromage à la crème et au cresson, une génoise au citron, des scones et des crumpets beurrés.

À l’allemande

Les Allemands ont découvert le thé bien avant les Anglais. Au 18e siècle, il remplaçait la soupe du matin et était consommé de trois à quatre fois par jour. Aujourd'hui encore, les Allemands en boivent autant que les Anglais et de deux à trois fois plus que les Français. De la crème est parfois ajoutée à l’infusion. L'été, on le boit glacé.

À la russe

Les grands écrivains Tolstoï, Pouchkine, Tchekov et Dostoïevski ont tous décrit des scènes autour du samovar, cette bouilloire en cuivre ou en bronze qui garde l’eau chaude en permanence, « grondant comme une tempête ». Le samovar permet ainsi de préparer le thé à tout moment et de le servir dans des verres munis d’un porte-verre en métal. On utilise un thé chinois légèrement fumé mais extrêmement concentré (moitié eau, moitié thé) qui se boit sucré, mais sans lait. Autrefois, on gardait un morceau de sucre dans sa bouche afin de sucrer chaque gorgée qu’on avalait.

À la marocaine

Marque d’amitié et de convivialité, le thé se sert à toute heure dans des verres en cristal à motifs colorés, en tenant la théière argentée très haut pour faire mousser le liquide. Les Marocains préfèrent le thé vert auquel ils ajoutent des feuilles de menthe broyées qu’ils déposent au fond de la théière. Il peut être servi avec des sucreries et même pendant le repas ; il sera alors intense et épicé pour favoriser la digestion. Un proverbe marocain dit que « Le thé est amer comme la mort, sucré comme la vie et doux comme l’amour ».

À la japonaise

Si la cérémonie du thé, codifiée au 16e siècle, est toujours enseignée, au même titre que la musique ou la danse, le thé, lui, se boit plus simplement, que ce soit dans un bol en céramique ou une fine tasse de porcelaine, tôt le matin et pendant les repas, sans sucre. Le thé vert est très désaltérant, mais les Japonais peuvent aussi opter pour du thé aromatisé à la pomme, à la rose ou à la cannelle. Selon les Japonais, les pâtisseries qui accompagnent le thé vert permettent d’« habiller l'estomac ».

À l'américaine

C’est au 19e siècle qu’est apparue la vogue du thé glacé, sucré et citronné, parfois accompagné de rhum ou de whisky du Tennessee. Cette habitude a conduit à la création du thé instantané, une poudre de thé qui se dissout dans l’eau froide encore vendue aujourd’hui. Certains optent plutôt pour un thé aromatisé à la bergamote (Earl Grey), au citron ou à l’orange et préparent leur thé glacé en laissant macérer les feuilles dans un pichet d’eau froide pendant 12 heures au frigo.

Comment et quand le boire

Les règles du thé

Les règles du thé
  • Achetez un produit de bonne qualité, en feuilles, de préférence. Les vrais amateurs prétendent que le thé en sachet n’est que « l'ombre d’un thé véritable ».
  • Conservez-le dans une boite en métal ou un pot en céramique étanche. Pas plus d'un an pour les thés parfumés, deux pour les classiques, car ils s’éventent à la longue.
  • L’art de réussir le thé commence avec l’eau, qui doit être pure et neutre. Certains préfèrent une eau embouteillée à l’eau du robinet trop dure et souvent chlorée. Lorsqu’on la chauffe, l’eau doit frémir et non bouillir.
  • Réchauffez la théière avec un peu d’eau chaude avant d’y jeter les feuilles.
  • Changez de théière pour chaque variété de thé, surtout si elles sont fumées ou parfumées. Pour la nettoyer, rincez-la à l’eau, sans détergent, et ne la mettez jamais au lave-vaisselle.
  • Adaptez le temps d'infusion à la variété de thé et au goût de chacun. Au bout de trois minutes, le thé a libéré toute sa théine alors que les tannins qui continuent à se dégager deviennent vite amers.
  • Pour déthéiner votre thé, jetez le premier thé et versez à nouveau de l’eau sur les feuilles. Il ne restera presque plus de théine.


RESTEZ CONNECTÉ