Passer directement au contenu
Se connecter S'inscrire
Ma liste0produits
You do not have any items in your cart.
Add items and they will appear here.
Estimated Total*
$0.00
You must have min. $50 to checkout
Metro Lakeshore & Geneva 101, Lakeshore Rd. St. Catharines, ON

Est-ce votre épicerie préférée?

Non, trouver mon épicerie préférée

Pourquoi? Ceci vous permettra de consulter la circulaire, les offres et les coupons en vigueur près de chez vous.

Fermer
Se connecter S'inscrire
Ma liste0produits
You do not have any items in your cart.
Add items and they will appear here.
Estimated Total*
$0.00
You must have min. $50 to checkout
Commande rapide
Voici les informations sauvegardées grâce à vos préférences de commande. Elles seront utilisées afin de vous permettre de passer votre commande plus rapidement.

Commande rapide activée!

Ces préférences de commande ont été sauvegardées et seront utilisées lors de votre prochaine épicerie en ligne.

Livraison
Plage horaire
Plage horaire
Non sélectionnée
Paiement

Cette option peut être activée, désactivée ou modifiée en tout temps dans les paramètres de votre compte.

Vous pouvez modifier ces informations dans vos paramètres de compte dans la section Commande rapide ou avant de passer votre commande dans l'étape de vérification.

Attention!

Pour une expérience optimale, veuillez utiliser le navigateur Chrome de votre appareil.

Ok

Soyez prêts pour Pâques

Soyez prêts pour Pâques

Depuis toujours, on associe Pâques au retour du printemps. Symbole de l’espoir, du renouveau et de la fertilité, cette fête obéit à des coutumes intimement liées à la nourriture.


Coutumes pascales

Durant le carême, qui débutait avec le mercredi des Cendres, on se privait de nourriture, en guise de sacrifice, pendant les 40 jours précédant Pâques. Juste avant cette période maigre, on profitait des derniers jours gras. Par exemple, on utilisait ce qui restait de graisse pour faire des fritures et on se servait des œufs, souvent interdits pendant le carême, pour préparer les fameuses crêpes du Mardi gras. La fête de la Mi-Carême donnait un répit avant le véritable jeûne de la Semaine sainte qui commençait le jeudi précédant Pâques. Durant ces trois jours, certains ne mangeaient que de l’eau et du pain sec! Pâques représentait donc un jour de réjouissance où l’on pouvait manger desserts, friandises et viandes à volonté. Si les traditions pascales ont évolué au fil du temps, certains aliments demeurent très populaires.

Les brioches du Vendredi saint

Appelées aussi brioches du carême ou de Pâques, elles sont reconnaissables à leur croix sur le dessus. Certaines personnes croyaient qu’elles leur apporteraient la santé tout au long de l’année.

Les œufs décorés

L’œuf est sans contredit un symbole universel de renouveau et de fécondité. Au IVe siècle, l’Église avait interdit l’usage des œufs pendant le carême. Pour les conserver jusqu’à Pâques, on les plongeait dans de la graisse de mouton ou de la cire fondue. Pour les rendre plus attrayants, on les décorait et on les teignait avec des décoctions de plantes ou de fleurs. En Europe, le plus gros œuf pondu pendant la Semaine sainte était décoré d’un ruban rouge et remis au souverain. Le matin de Pâques, les ménages disposant d’une grande quantité d’œufs célébraient leur retour au menu en confectionnant des omelettes ou des pâtisseries riches en œufs, en les donnant aux enfants et en les offrant en cadeau. De plus, certaines croyances prêtent aux œufs de Pâques des pouvoirs de guérison, de fortune et de protection. Aujourd’hui, ce sont les œufs de Pâques en chocolat, décorés d’un ruban, qui permettent de garder des traces de cette tradition.

Les brioches du Vendredi saint

Le lapin, fournisseur officiel des œufs de Pâques
 

Le lapin, fournisseur officiel des œufs de Pâques

Le lapin est un symbole d’abondance. Comme on le sait tous, il est fertile et prolifique, et la saison des amours coïncide avec le printemps. La tradition d’associer le lapin et les œufs serait d’origine allemande et celle d’offrir des lapins en chocolat serait une initiative des commerçants du XVIIIe siècle qui trouvaient l’idée intéressante après les privations du carême. On racontait que c’était le lapin qui, pendant la nuit de Pâques, remplissait des paniers d’œufs multicolores que les enfants prenaient plaisir à chercher le matin.

L’agneau, symbole de pureté

Symbole de vertu et de pureté, l’agneau demeure le mets de choix pour le repas pascal. Il représente l’agneau qu’Abraham sacrifia au lieu de son fils Isaac.

Le jambon, un mets royal

Le jambon a été longtemps réservé aux tables royales et aux occasions spéciales. Il est associé aux célébrations de la Semaine sainte depuis le Moyen Âge. Cette viande de porc salée, souvent fumée et séchée, provient généralement de la fesse de porc, mais aussi d’autres parties. Il est vendu sous différentes formes, qu’il soit prêt à servir, à cuire ou séché. Le jambon est également très populaire à la cabane à sucre, qui figure parmi les traditions de Pâques. Il est alors servi avec des œufs ou une omelette, des oreilles de Christ et du pain de ménage grillé, le tout arrosé de sirop d’érable.

Préparez une chasse aux œufs de Pâques

Les enfants attendront avec impatience le moment où vous proclamerez que la chasse aux œufs de Pâques est ouverte. Si la neige dans le jardin a fondu, dissimulez les œufs dans les buissons. Sinon, transformez votre maison en terrain de chasse. Laissez des indices comme des brins de paille (le raphia fait très bien l’affaire), des empreintes de pattes de lapin ou des rubans colorés là où les œufs sont cachés. Si vos enfants sont trop âgés, organisez une chasse aux œufs de Pâques pour adultes avec des œufs aromatisés ou alcoolisés.


RESTEZ CONNECTÉ