Passer directement au contenu
Se connecter S'inscrire
Ma liste0produits
You do not have any items in your cart.
Add items and they will appear here.
Estimated Total*
$0.00
You must have min. $50 to checkout
Metro Lakeshore & Geneva 101, Lakeshore Rd. St. Catharines, ON

Est-ce votre épicerie préférée?

Non, trouver mon épicerie préférée

Pourquoi? Ceci vous permettra de consulter la circulaire, les offres et les coupons en vigueur près de chez vous.

Fermer
Se connecter S'inscrire
Ma liste0produits
You do not have any items in your cart.
Add items and they will appear here.
Estimated Total*
$0.00
You must have min. $50 to checkout

Attention!

Pour une expérience optimale, veuillez utiliser le navigateur Chrome de votre appareil.

Ok

Idées à croquer pour les p'tits difficiles

Il était une fois une maman qui préparait le souper. Elle cherchait une idée pour faire manger son enfant. Elle avait essayé toutes sortes de jeux, lui avait fait avaler ses haricots verts un à un et l’avait même laissé tranquille longtemps pour s’apercevoir que son assiette était toujours pleine!


Cette histoire vous dit quelque chose ? Vous n’êtes pas seul ! De nombreux parents s’inquiètent du refus de manger de leur enfant. Voici quelques suggestions qui peuvent vous aider à faire manger votre enfant ... avec appétit.

Menu sans « chichis » pour enfants ravis


Parents : 0 - P'tit bec fin : 1

  • Faites du repas un moment de partage en famille, dans un environnement calme, sans télévision. Assoyez-vous à table avec votre bambin pour manger.
  • Ne remplacez pas le plat refusé. Si l’enfant mange uniquement ce qu’il aime du repas, ce n’est pas grave. Mais si vous cuisinez un autre plat uniquement à son intention, cela encourage les caprices.
  • Gardez une attitude positive et ne faites pas de commentaires sur son appétit. Pas de punition s’il ne mange pas et pas de récompense s’il mange. Respectez certains de ses refus sans faire ses quatre volontés.
  • Enfin, rappelez-vous qu’un enfant doit manger parce qu’il a faim et non par soumission. Le « conflit alimentaire » est souvent un moyen pour le jeune de s’affirmer. Certains enfants profitent d’un certain pouvoir de négociation, à ce moment !

Beurk! J'aime pas ça

  • Un enfant aime ce qu’il connaît et il doit « faire connaissance » avec la nourriture pour mieux l’accepter. Alors pour réussir à intégrer un nouvel aliment dans son alimentation, il faut souvent lui présenter plusieurs fois avant qu’il ne l’accepte.
  • Si le refus persiste, vous pouvez présenter un nouvel aliment en petite quantité avec un autre qu’il aime beaucoup. Par exemple, placez un chou de Bruxelles dans son assiette avec des carottes qu’il adore. S’il ne mange pas le chou au complet, les carottes constitueront alors sa portion de légumes.
  • Donner à l’aliment le statut «d’aliment d’adultes» est aussi un moyen efficace. Expliquez-lui qu’en grandissant, son goût se développe et qu’en y goûtant un peu à chaque fois, il finira par l’aimer.
  • Mais sachez aussi faire la distinction entre les caprices et les dégoûts car votre enfant a aussi droit à ses préférences ! Et surtout, donnez l’exemple en mangeant vous-même régulièrement de nouveaux aliments. L’enfant est avant tout un imitateur…

Je chipote, tu chipotes, il chipote ?

  • Le lait, les légumes et la viande figurent parmi les aliments les plus souvent refusés par les enfants. Voici quelques trucs pour vous assurer qu’il en consomme suffisamment.
  • Présentez les légumes crus avec une trempette nutritive à l’heure de la collation (lorsque l’enfant a faim) ou en entrée, plutôt qu’au plat principal.
  • Introduisez-les dans les plats composés : coupez-les en tout petits morceaux dans les sauces et les omelettes ou servez-les dans un potage décoré de motifs faits avec de la crème. N’oubliez pas le jus de légumes souvent apprécié des enfants.
  • Votre rejeton lève le nez sur un grand verre de lait ? S’il mange du fromage, des soupes-crèmes, du yogourt, du yogourt glacé ou des desserts au lait tels que pouding au riz ou tapioca, n’en faites pas de cas.
  • Pour la viande, prenez soin de servir des morceaux tendres, cuits dans un peu de bouillon et coupés en toutes petites bouchées faciles à mastiquer.
  • Légumineuses, tofu, œufs ou beurre d’arachides sont des substituts à la viande, qui sont parfois mieux acceptés.

Wow ! C'est super !

  • Tout en restant simple et rapide, imaginez ce qui pourrait rendre attirante l’assiette que vous présentez à votre enfant. Les enfants adorent les mises en scène !
  • Du jambon et une purée de pomme de terre peuvent se transformer en voilier sur la mer. Des haricots verts peuvent former une cabane de bûcheron ou un jeu de tic-tac-to avec des rondelles de carottes et des morceaux de poivrons rouges. Le pâté chinois peut être façonné en bonhomme ou en animal et décoré d’un peu de ketchup.
  • Présentez les légumes, les fruits et même la viande sur des mini-brochettes faites à l’aide de cure-dents. Certains enfants se plaisent à les manger à la façon d’un épi de maïs.
  • Surprenez vos enfants et servez le menu du petit déjeuner au souper ou organisez un pique-nique à la plage … sur le plancher de la cuisine, avec maillot et serviette de plage, bien sûr!
  • Servez un repas simple dans le service de vaisselle de poupée ou jouez au restaurant et servez-lui du vin rouge (jus de légumes) ou du vin blanc (eau ou lait) dans des petites coupes à vin.
  • Impliquez votre enfant dans la préparation et le service du repas en lui donnant des tâches à sa portée.

Idées à croquer ? sans grincements de dents !

  • Les enfants aiment les plats simples. Servez les sauces à part, évitez trop de mélanges et ne surchargez pas l’assiette en espérant qu’il mangera plus. Au contraire, ça pourrait le décourager.
  • Les enfants raffolent des emballages individuels et colorés des yogourts, yogourts à boire, compotes de pommes ou bâtonnets de fromage.
  • Égayez le quotidien et les jours de fête. Utilisez des moules à muffins pour cuisiner des petites portions individuelles : pâtés, quiches ou mini pâtés chinois. Présentez un gratin de poisson ou une sauce au poulet et légumes dans des petits ramequins que vous aurez joliment garnis.
  • Mélangez les saveurs salée et sucrée. Présentez des légumes glacés à l’orange ou au miel ou des viandes avec des sauces aigres-douces.
  • Pour un jour de fête, taillez des sandwichs nutritifs à l’aide d’emporte-pièce de formes différentes. Préparez des petites gelées à la salade de fruits dans des verres.
  • Sur une assiette, disposez joliment des fruits autour d’un petit ramequin, rempli d’une trempette de yogourt aux fruits ou de chocolat fondu avec de la crème.
  • Donnez des noms amusants à vos recettes et aux plats que vous présentez.

J'ai faim ! J'veux une collation ?

  • Assurez-vous que votre bambin n’a pas l’appétit coupé par le grignotage continuel et limitez les quantités de jus de fruits. Habituez-le à boire du jus dilué avec un peu d’eau ou de l’eau pure présentée avec une paille ou dans une bouteille de forme spéciale.
  • Établissez un horaire de repas et de collations stables. S’il ne mange pas au repas, il devra attendre l’heure du goûter.
  • Pour compléter les repas, offrez en petites quantités des aliments nutritifs choisis parmi les quatre groupes du Guide alimentaire canadien : crudités et trempette, fromage, fruits, yogourt, lait ou petit muffin au son. Évitez les aliments trop sucrés qui coupent l’appétit.
  • Évitez également de servir les collations moins de deux heures avant le prochain repas.

Un appétit qui varie

  • L’appétit d’un jeune enfant peut varier d’un repas à l’autre ou d’une journée à l’autre. S’il grandit bien et qu’il est en pleine forme, il est inutile de s’inquiéter. La perte d’appétit coïncide presque toujours avec un ralentissement de la croissance.
  • Nos habitudes occidentales nous portent à manger plus qu’il n’est nécessaire, ce qui nous donne l’impression que les petits enfants ne mangent pas suffisamment. Les besoins de chacun varient et les petits mangeurs difficiles ont souvent des besoins inférieurs à la moyenne.
  • Ne paniquez pas à chaque repas où il ne mange pas ses légumes. Observez plutôt l’ensemble de son alimentation sur quelques jours.
  • Gardez en tête que les parents fournissent la qualité et l’enfant détermine les quantités.
  • Si vous pensez tout de même que votre enfant mange trop peu ou mal et que cela menace sa santé, discutez-en avec votre pédiatre ou avec un nutritionniste.


RESTEZ CONNECTÉ